à la Une

Bienvenue

Bienvenue sur mon blog « Culture Heroic Fantasy » qui s’adresse aux adeptes du genre au sens large et plus particulièrement aux lecteurs et écrivains.

Le blog va s’articuler selon deux axes.

Le premier consistera à vous faire partager des articles aux sujets très divers mais toujours liés à l’univers fantastique et notamment des chroniques littéraires.

Certains pourront y trouver de nouvelles lectures, des informations; d’autres, des sources d’inspirations.

Le second vise la promotion de mes propres créations littéraires car vous l’aurez compris je suis moi-même une jeune auteure d’Heroic Fantasy.

A ce sujet, j’ai récemment trouvé une maison d’édition qui a acceptée de publier mon premier roman : « l’elfe maudite et le prince des ténèbres », sortie prévue au premier semestre 2018!

Alors, prêts à partager avec moi cette belle passion de l’Heroic Fantasy?

Publicités

« Le Trône de fer » : Si je devais écrire la fin…

Voilà longtemps que je n’avais rien publié sur mon blog et l’achèvement de la célèbre série Game of thrones me semble approprié pour le faire.

En effet, en tant qu’écrivaine et grande amatrice de l’univers médiéval-fantastique, je ressens le besoin de vous livrer le dénouement que j’aurai souhaité pour cette saga et qui par la même occasion vous fera découvrir ma plume.

Qu’on se le dise, cet article n’est nullement une critique au contraire car il y avait matière à écrire et/ou scénariser 1001 fins différentes et aucune n’aurait de toute façon contentée l’unanimité des fans; c’est donc humblement ma façon de me réapproprier une série qui m’a tant fait rêver et de lui rendre hommage à ma façon.

Vous êtes prêts ? Attention, pour ceux qui n’ont pas encore vu la fin, je déconseille de lire la suite ( spoiler is here lol).

En fait, je n’aurai pas changé grand chose juste les derniers instants qui en même temps rendraient le sens de l’œuvre tout autre.

Alors remémorez-vous la fin de l’épisode 6, Bran vient d’être élu Protecteur des six couronnes et sort à peine de son premier grand conseil tandis qu’Arya vogue vers l’est, les yeux perdus dans le lointain, le cœur gonflé d’allégresse à l’idée des contrées inexplorées qui l’attendent. Comme Drogon, Ver Gris s’en va vers l’est, vers un autre ciel plus clément. Là-bas, l’immaculé retrouvera les plages de sable de son aimée tragiquement disparue et il protégera son peuple afin d’honorer ses dernières volontés.

Bien enfoncée dans le trône de Winterfell, Sansa, la beauté royale à la chevelure de feu, savoure sa victoire, son couronnement, son indépendance. Il ne reste plus que Jon… Le protecteur du monde des humains, l’héritier mi-loup, mi-dragon reprend tristement le chemin de Château Noir après avoir assassiné Daenerys, sa Reine aux cheveux d’argent, son bel amour devenue si torturée qu’il avait préféré la libérer de sa noirceur… Ses pas sont désormais aussi lourds que sa peine, il est définitivement un homme brisé pourtant au fond de son coeur, il nourrit le sentiment réconfortant qu’il a fait ce qu’il fallait pour l’avenir de l’humanité. Il retrouve avec émotion, Tormund, le tueur d’ogres indompté et fier ainsi que l’ultime loup géant : Fantôme. Dans leurs chairs comme dans leurs âmes, chacun porte les stigmates d’une guerre qui a à jamais scellé le renouveau du monde. La vie reprend ainsi lentement son cours. Jon et Tormud chevauchent au devant d’un joyeux groupe de sauvageons à la reconquête des terres du Nord, hostiles, sauvages mais qui ne sont rien d’autre que le berceau du monde; là où tout a commencé… Beaucoup l’ignore mais L’enfer blanc est l’antique territoire, celui qui a forgé la survie des derniers nés (les hommes) et qui de ce fait a donné un sens à leur existence mais l’équilibre de toute chose est fragile…

Bien loin de là, Bran, le nouveau roi, observe depuis les restes d’un balcon d’albâtre, la capitale qui n’est plus qu’un amas de roches éventrées et de corps calcinés saupoudré par une éternelle pluie de cendres qui lui donne des airs de fin du monde. Soudain, une vive douleur embrase son avant-bras. Il grimace de douleur en relevant sa manche. La marque du Roi de la nuit,celle qu’il avait apposée sur lui, irradie d’une lueur azuréenne avant qu’un rire sinistre ne lui vrille les tympans. Bran se tient les temps alors que son corps se pare d’un voile de sueur glacée.

– Non, Tu n’en as pas le droit, il reste de l’espoir en l’humanité… Tente-t-il de résister mais Le Roi de la nuit s’impose à son âme et le repousse lentement en dehors de sa chair.

Il se sent soudain galvanisé, son corps se cabre dans son fauteuil et il sent l’essence du Roi sombre entrer totalement en lui, l’appel de son pouvoir le rapproche à chaque seconde de sa destinée mais il n’y eut bientôt plus de lutte; seulement une étrange fusion.Les obscures prunelles de Bran s’habillent d’un bleu glacé tandis qu’il recouvre l’usage de ses jambes et se dirige vers l’ancienne salle du trône.

Le trône de fer n’est plus qu’un fleuve de feu et de métal, le souffle inconsable de Drogon l’a réduit à néant. Bran relève alors ses deux mains en un geste impérieux qui ressemble à un appel. Les rares épées encore intactes se mettent à frémir dans la cendres avant de s’envoler gracieusement dans les airs. Un fin rictus se dessine sur les lèvres de Bran . Il fronce les sourcils sans lâcher des yeux le ballet aérien des glaives qu’il contrôle par la seule force de son esprit. Morceau par morceau, il sculpte le nouveau trône qu’il consolide avec un peu de givre qu’il fait pleuvoir des cieux brumeux. L’œuvre est d’une maléfique splendeur, elle est prête à l’accueillir, à les accueillir. D’une démarche gracile, il avance vers le trône de glace. Il y pose son séant, le regard dévoré par des flammes glacées. Il ne lui reste qu’un petit prodige à accomplir. Il ferme les yeux, ses paupières se révulsent. Il est devenu la corneille et vole à la recherche de Drogon. Le dragon légendaire s’est réfugié aux confins du monde, dans une caverne surplombant l’océan indomptable. Il veille jalousement la dépouille de sa mère qu’il renifle avec une infinie tristesse. Brusquement, le reptile voit le corps de sa matriarche s’animer d’une vie propre mais irréelle. Le réveil transpire la science interdite. Dans un sursaut animal, les paupières de la reine des dragons s’ouvrent. Elle n’est plus reine de Feu désormais, elle est Reine de L’hiver éternel et ne tardera pas à rejoindre son Maître. Elle ondule vers Drogon qui a reculé, effrayé par l’infinie puissance qui irradie de sa Maîtresse. Ses lèvres laissent filtrer un sourire de prédatrice, Drogon est hypnotisé. Son toucher le transforme instantanément en Seigneur ailé et serviteur de la nuit. Les humains n’avaient pas voulu de son paradis alors ils goûteraient à l’enfer !

A Port-Real, une neige épaisse s’est mise à tomber. les morts se sont relevés, tous ont répondus à l’appel du seul Roi légitime. Il trône au au-dessus d’eux, ses yeux vont et viennent rapidement derrière ses paupières fermées. Ses lèvres bougent. Il parle, ils parlent:

– L’hiver est là !

Fin

Découvrez les personnages de « l’elfe maudite »

Bonjour,

Cela fait longtemps que je ne vous ai pas parlé de mon gros bébé hein? Alors voilà, afin que vous puissiez découvrir ou redécouvrir l’univers de mon premier roman d’Heroic Fantasy : « L’elfe maudite et le prince des ténèbres », je vous propose la lecture de mes fiches personnages. Bien évidemment j’aborde ici uniquement mes personnages principaux en espérant que cela suscitera l’intérêt de nouveaux lecteurs et/ou apportera des idées aux autres auteurs pour la construction de leurs fiches Personnages.

Lyna alias l’elfe maudite
« La beauté froide au tempérament de feu »

H

Race : Elfe de Sanga (elfe maléfique)
Age : 18 ANS
Physique : Cheveux blonds et yeux d’émeraude
Classe : Démoniste
Particularité : Herboriste

De par sa lignée maternelle, Lyna est l’héritière d’une puissante caste de démonistes et de par sa lignée paternelle, elle est l’unique fille du général des armées elfiques : Lyndor. Dés son plus jeune âge, Lyna a démontré des dons magiques exceptionnels mais qui se sont révélés aussi puissants qu’incontrôlables. A l’âge de 6 ans, la petite sorcière a d’ailleurs causé un drame et depuis son père lui a interdit de pratiquer la démonologie. Elle coule alors une jeunesse dorée dans la capitale elfique, c’est une jeune elfe studieuse et perfectionniste bien que rebelle et indisciplinée ce qui lui vaut régulièrement les foudres de ses semblables. Ses passe-temps favoris sont l’équitation et l’herboristerie, elle adore d’ailleurs s’essayer à de nouvelles potions. C’est une demoiselle espiègle, rêveuse, aventureuse, obstinée et courageuse parfois arrogante mais jamais méchante. Lyna a une sensibilité exacerbée, c’est une écorchée vive qui vit chaque événement intensément. Son tempérament enflammé et passionné lui cause souvent des torts mais c’est aussi sa plus grande force, ce qui la pousse toujours à se dépasser ! Pour ce qui est de sa relation avec la gente masculine, Lyna est un véritable cœur d’artichaud ; il faut dire que sa sensualité tout juste naissante et déjà aussi exacerbée que le reste, fera bien des ravages. Avec cette blondinette turbulente, je vous le promets vous n’allez pas vous ennuyer ! Elle va vous agacer ou vous allez l’adorer mais elle ne vous laissera pas indifférente.

Dan alias le Prince des ténèbres
« Le beau chevalier ténébreux »

chevalier-paladin-heroic-fantasy-002(1)

Race : Humain
Age : 500 ans.
Physique : Brun aux yeux noirs.
Classe : Prince Chevalier.
Particularité : Il possède une épée légendaire : l’épée de Lune.

Fils de feu Hector, le roi des hommes, Dan n’a pas seulement hérité de la sagesse et du charisme incontestable de son père, faisant de lui un meneur d’hommes hors pair, il est aussi physiquement une force de la nature. Bien plus grand que la plupart de ses congénères, Dan a une musculature à faire pâlir d’envie le Dieu de la guerre. Dan manie l’épée comme personne, il a l’âme du chevalier solitaire et seul son devoir de paix et de justice l’anime. C’est un être secret et torturé qui ne laisse que rarement transparaître ses émotions. Lors de l’expédition destinée à anéantir une force maléfique venant d’un autre monde et s’étant incarné dans le corps du Dragon le plus féroce de tout les temps, Dan qui s’imposa naturellement comme le chef des élus, mènera à la victoire ses valeureux compagnons. Pourtant, le prix à payer pour cette réussite sera très élevée et Dan ne reviendra jamais du repère de la bête. Il deviendra autre chose, attendant patiemment sa revanche…

Zoltan
« Le Bad Boy Elfe »

unnamedZOLTAN

Race : Elfe de Sanga.
Age : 200 Ans.
Physique : chevelure de lune et yeux argentés.
Classe : Mage.
Particularité : Don de guérison.

Zoltan est certainement le personnage le plus complexe de l’histoire. Il est avant tout le chef de la guilde des « Loups d’Exsérs », les mercenaires les plus redoutés du monde magique. Zoltan est un mage hors pair, l’étendue de ses pouvoirs semble illimitée et sa facilité à user de sortilèges en est presque agaçante. Il a également reçu le don extrêmement rare de guérison ; ainsi au contact de blessures, ses mains se chargent instantanément d’une lumière scintillante aux vertus réparatrices. Toutes ces qualités alliées à sa beauté incontestable l’ont rendu fier, vantard et arrogant. Zoltan l’indomptable est aussi un parfait séducteur ; son éloquence, son allure impérieuse, ses manières tantôt abruptes tantôt raffinées, le rendent totalement irrésistible.
Enfin, cet individu manipulateur, cruel et assoiffé de pouvoir n’est pas toujours celui qu’il laisse paraître ; capable du meilleur comme du pire, il faudra rester sur vos gardes si vous croisez son chemin ! Sachez également que sous ses apparences séduisantes, il cache de biens terribles secrets…

Blue Sky
« La dragonne domestique »

th
Race : Saphirosaure ou Dragon des glaces.
Age : Bébé dragon.
Physique : écailles turquoise, tête triangulaire, tricornes.
Particularité : Un nœud rose enserre son arrête osseuse arrière.

Blue Sky est un bébé dragon de la race des Saphirosaure (littéralement : monstre de Saphir) qui vivent dans le désert de glace de Niridia situé au nord des terres de l’Alliance (territoire des hommes, nains, elfes bleus et centaures). Cette espèce se repaît essentiellement de poissons, elle peut passer des heures à nager et à pêcher sous la glace et elle ne sort que rarement de son territoire hostile. Pour dormir ou lors d’une tempête de neige, les Saphirosaures s’abritent dans de magnifiques cavernes de glace. Ces créatures ancestrales et féroces sont toutefois apprivoisables à condition qu’elles soient imprégnées du visage de leur maître dés l’éclosion de l’œuf mais avant cela il faut se risquer dans l’enfer blanc pour dérober un œuf placé sous la protection de la créature légendaire au souffle pétrificateur. Un exploit que le téméraire Zoltan sera bien tenté de réaliser, espérant ainsi élever le dangereux carnassier qui lui servira un jour de monture.

Rita

« La princesse guerrière »

cha-294x300(1)(1)

Race : Orc.
Age : 30 Ans.
Physique : Peau verte, cheveux lilas.
Classe : Guerrière.
Particularité : Noblesse Orcale.

Rita est la fille du tyran Kronos, seigneur des Orcs mais étant la cadette de onze enfants, elle savait qu’elle ne serait jamais appelée à régner. Ainsi, dès qu’elle en eut l’âge, elle décida de rejoindre la guilde d’un ami très estimé de son paternel : le puissant Zoltan ! Rita voue une admiration sans faille à cet elfe charismatique qui les a aidés à de nombreuses reprises à repousser les hommes de leur territoire particulièrement convoité car les mines de pierres précieuses y sont particulièrement fécondes. Rita est un être primaire, elle ne vit que pour tuer et se forger une destinée à la force de ses poings. Pourtant elle est loin d’être sans cœur et désire avant tout s’affranchir de la société Orcale dominée par les hommes ; auprès de Zoltan, elle se sent comprise et considérée. La loyauté de la princesse guerrière est inébranlable et la voir se battre sur un champ de bataille est impressionnant. Rita a cette étincelle dans les yeux propre aux bêtes sauvages, elle ne se laisse jamais dominer, elle a la rage au ventre !

Kaly
« Le géant au cœur tendre »

digital illustration of fantasy character Tauren dress in ancient chinese style of armor
Race : Bullwar.
Age : inconnu.
Physique : Robe fauve, yeux ambrés et deux gigantesques cornes couleur de lune.
Classe : Guerrier.
Particularité : fait des rêves prémonitoires.

Comme Rita, Kaly fait partie des mercenaires de la guilde des Loups d’Exsérs. Bien qu’il soit fils de forgeron, il a toujours été attiré par l’art de la guerre et il est devenu mercenaire très jeune. Entre deux missions, le Bullwar revient sur les terres de son peuple qui s’étendent le long du plateau aride surplombant le désert de Chabtra. Ce vaste territoire abrite une centaine de villages tribaux. Les différents clans ont des coutumes intrinsèques ainsi que leurs propres chefs. Parmi eux, Indompté incarne le leader le plus respecté, le plus influent aussi. Son autorité, il l’a héritée de son ancêtre « Taureau fou », l’illustre auteur de la rébellion ayant permis de libérer les siens de l’esclavage des humains. Depuis cette sombre période de leur histoire, les Bullwars entretiennent une haine féroce envers les hommes. Malgré tout, leur servitude passée ne fut pas seulement néfaste. Au contact des humanoïdes, ils ont appris à se battre, forger des armes, cultiver la terre et bâtir des maisons. Avant cela, ils vivaient plus que primitivement ; les bovins alors nomades se nourrissaient exclusivement de cueillette sauvage et dormaient en plein air.
Son destin l’amènera à croiser celui de la jeune Lyna. Dès leur première rencontre, la belle et la bête se lieront d’une amitié exceptionnelle et inconditionnelle. Kaly deviendra son confident et son farouche protecteur, un gros nounours au cœur tendre qui n’en est pas moins un tueur né : Lyna ne pouvait pas rêver meilleur allié !

Mylo
« Le chasseur solitaire »

thHJO3UYYF(1)
Race : Elfe de Sanga.
Age : 100 ans.
Physique : brun aux yeux dorés.
Classe : Chasseur.
Particularité : une physique qu’il dissimule, la marque d’un passé trouble…

Mylo, membre des Loups d’Exsérs est un exilé de la société elfique. Enfant, il fut abandonné dans la forêt et recueillit par une meute de loups. Le petit sauvageon qui développe très tôt le don de communiquer avec l’espèce animale fera par la suite la rencontre hasardeuse de Zoltan qui l’élèvera comme son fils. Lors d’un tournoi de tir à l’arc organisé dans la cité des mercenaires, le jeune Mylo pourtant étranger à cet art fera preuve d’un talent rare qu’il développera peu à peu jusqu’à devenir le meilleur archer de Mystery. C’est un être taciturne et cynique qui préfère la compagnie des bêtes sauvages à toute autre, il est d’ailleurs accompagné d’une louve qu’il a dressée au combat et qui ne le quitte jamais. Un sauvage qui pourrait bien être apprivoisé par une jeune elfe à la beauté ensorceleuse…

Heartless
« Le Maître Démoniste »

undead_warlock_1920xwide(1)
Race : Mort-vivant.
Age : 1200 Ans.
Physique : yeux de braise et chevelure de feu.
Classe : Démoniste.
Particularité : Maître démoniste.

Heartless est le bras-droit de Zoltan. Cette créature avisée et malfaisante a mené bien des quêtes insensées aux côtés de cet elfe de mauvaise vie mais il n’en n’a pas toujours été ainsi. Avant de s’infliger le calvaire de renaître en créature décharnée, elle était humaine, une magicienne blanche qui été tombée sous le charme d’un Démoniste : le puissant Morgan. Alors que leurs vies humaines s’achevaient, elle s’était laissée convaincre de se voir accorder une seconde vie terrestre à ses côtés. Une vie où l’âme ne connaît pas le repos, où la nourriture a perdu sa saveur et où même les bienfaits d’une nuit sommeil n’existent plus. Initiée par son époux, elle surpassera rapidement son maître dans l’art de la démonologie pour devenir une grande préceptrice occulte ; en réalité, la meilleure des races obscures. Ce sera d’ailleurs Heartless en personne qui enseignera le savoir interdit à la jeune Lyna et, à son tour, elle sera surpassée par cette disciple pas comme les autres. Toutefois Heartless n’en attendait pas moins de l’elfe maudite et elle en sait davantage à son sujet, qu’elle ne le prétend…

Arphor
« Le guerrier sanguinaire et loufoque »

Orc warlock character
Race : Orc.
Age : 40 Ans.
Physique : Peau verte, corps musculeux, nez épaté et oreilles décollées.
Classe : Guerrier.
Particularité : Chargé du chaperonnage de la princesse Rita.

Qu’on se le dise Arphor n’a rien d’un Apollon ! Ses traits sont grossiers et ses manières bourrues. Un guerrier qui aime les plaisirs simples : la bonne chair et la guerre. Kronos, le père de Rita l’a chargé personnellement (mais officieusement) de veiller sur sa fille ainsi que sur son pucelage ne désespérant pas qu’un jour elle regagne la cour royale afin d’être promise à un parti acceptable. Arphor n’est pas toujours concentré sur cette tâche car il sait Rita raisonnable et qu’elle a surtout horreur qu’on la traite comme une enfant ! Arphor est un compagnon digne de confiance et un guerrier d’élite ; il est surtout le gai luron de la bande : jamais à court de taquineries et de blagues bien lourdingues. Sans son optimiste, les Loups d’Exsérs seraient tombés à de nombreuses reprises dans les mailles de la fatalité et de la mélancolie. Enfin, il est conteur hors pair, les récits volontairement grossis dont ils abreuvent les foules sont légendaires et font toujours un effet mouche les soirs de banquet.

Neige
« La renarde Magique »

iceland-2126989_1280
Race : Boule-boule des Neiges
Age : 6 mois.
Physique : Pelage immaculé, yeux noirs.
Classe : Animal magique.

Neige est l’animal de compagnie de Lyna, cette créature légendaire lui a été offerte par son père lors de son dix-huitième anniversaire. Selon la légende, ce fut l’illustre magicien des glaces qui créa la race à partir d’un flocon de neige. Au début, il n’en fit naître qu’un seul, car il cherchait seulement un compagnon capable de briser sa solitude. Mais très vite, il s’éprit de cet être merveilleux et entreprit d’en façonner d’autres. Suite à la lecture de cette fable et à l’observation de plusieurs croquis, Lyna, la petite fille gâtée avait harcelé son père pour qu’il lui en obtienne un. Son vœu exaucé et consciente des capacités magiques de ce petit être, Lyna l’emmènera avec elle lors de sa fuite. Ensemble, elles vont vivre de fabuleuses aventures où Neige comme sa maîtresse démontrera des capacités insoupçonnées…car n’oubliez pas, même les plus innocentes créatures peuvent se révéler être de coriaces adversaires !

J’espère que cette présentation vous a plu et que vous rejoindrez un jour prochain la guilde des Loups d’Exsérs pour encore plus de rencontres et d’aventures 😉

 

Chronique d’Ahogur de Sonia J.Fadda

Resized_20181102_131455_5184

Bonjour, aujourd’hui je propose de vous faire découvrir une petite perle de l’auto-édition avec la chronique de « Ahogur »  et de son premier volet dont j’achève la lecture à l’instant. Pour vous mettre l’eau à la bouche, voici le quatrième de couverture qui est déjà très riche :

Ahogur est une histoire se déroulant à une époque similaire à nos temps médiévaux. Dans un monde sans nom, au cœur des contrées humaines, Ulysse élève seul une poignée d’enfants trouvés. Le bûcheron leur enseigne tout ce qu’il sait et à eux six, ils forment une curieuse famille. Leur vie aurait pu suivre paisiblement son cours si d’inhabituels événements ne s’étaient produits à deux pas de chez eux. Des évènements qui ramenaient Ulysse vingt ans plus tôt, vers un passé tumultueux. Pressentant une menace dont elle ne sait rien, Solène sa fille, sera celle par qui la vérité fera son chemin. Ce faisant, elle apprendra que la violence et la mort se joignent parfois à l’amour et l’amitié par des détours inespérés. Et sous l’égide de l’alchimiste, elle découvrira l’existence de tout un monde caché au regard des humains. Où les créatures féériques et les potions miraculeuses deviennent la normalité. Pour Solène, le voyage ne fait que commencer.

Mon avis :

J’ai littéralement était happée par cette histoire ! Dés le début, l’auteure nous plonge dans l’ambiance de cette forêt hostile mais pleine de vie, dans le quotidien d’une famille pas comme les autres aux innombrables secrets et mystères qui se dévoilent peu à peu par soupçons juste assez pour nous tenir en haleine et ainsi nous faire enchaîner les chapitres sans qu’on s’en rende compte. Je me suis tout de suite sentie comme un membre de ce cette petite bande d’orphelins recueillie par le grand et fort Ulysse et couvée par l’œil bienveillant de Sylvaine, l’alchimiste qui est aussi leur grand-mère adoptive et la figure maternelle dominante.
Resized_20181102_131443_4614

L’histoire est donc rondement menée et j’ai vraiment apprécié que l’auteure prenne son temps d’installer les lieux, les personnes qui ont des liens extrêmement forts entre eux, ainsi que l’intrigue qui semble constamment nous échapper; j’ai trouvé sa plume réellement addictive et particulièrement efficace pour décrire les émotions. Autre point fort, l’héroïne : Solène répondant au surnom « d’aile de corbeau » qui est résolument attachante, un esprit libre dans un corps de nymphe, une jeune fille piquante qui se révèle surprenante, l’archétype de l’héroïne forte et indépendante mais sans pour autant négliger son côté féminin, sa sensualité, sa sensibilité aussi; en gros et pardonnez moi ce langage : une jeune fille qui porte ses couilles et ça j’achète! lol.  Au fil du récit, nous suivons son évolution à un âge difficile, entre deux où on est pas encore adulte mais plus un enfant; un âge qui constitue le premier carrefour de l’existence. Forcément, on la voit prendre conscience de ses désirs, et du prix à payer pour la liberté et ses rêves; et forcément on en veux plus ce qui tombe bien car Ahogur comportera 7 tomes au total : 5 sont déjà parus et la sortie du 6ème est imminente si je ne dis pas de bêtise! Pour ma part, je vais suivre de très près cette aventure passionnante. Ce premier voyage était à la fois féerique, intriguant, fort, grave et sombre parfois mais remplit de promesses. Avec Solène, j’ai rêvé, j’ai ris, j’ai pleuré un peu comme si je la connaissais depuis toujours. Maintenant, j’ai hâte de la voir chevaucher vers d’autres horizons avec sa crinière d’ébène ondulant au vent et de me noyer encore dans le puit sans fond de son regard pour y lire de nouveau l’espoir et l’aube de jours nouveaux que je pressens mouvementés!

Pour conclure, je voulais préciser que j’ai rencontré (virtuellement) Sonia sur un groupe d’auteurs Facebook et que j’ai tout de suite été étonnée par l’énergie qu’elle déployait autour de son magnifique projet ainsi que par sa façon de communiquer. Sonia réalise en effet de nombreux montages photos en lien avec son récit pour susciter l’envie, c’est d’ailleurs ce qui m’a poussé à acheter son livre (étant très sensible aux images : mon côté new age sûrement lol). Merci à elle pour m’avoir entraînée dans cette si belle histoire, je lui souhaite beaucoup de réussite : Chapeau bas Madame !

Resized_20181102_131514_5828

Les origines de Samain

 

druid-3442656__340

Parmi les coutumes et les rites qui perdurent à travers les siècles, il y a la fête de Samain que l’on pourrait qualifier d’ancêtre de l’Halloween moderne. En effet, Samain est à l’origine une fête celte remontant à 500 avant J.C;  cet événement majeur dans la vie de ce peuple antique (au système religieux polythéiste, dans le cadre duquel officiait la classe sacerdotale des druides) représentait un enjeu spirituel fort où les vivants, entraient en communication avec les morts le temps d’une nuit. L’époque de la Samain annonçait la fin des récoltes, l’arrivée de l’hiver et des temps sombres ainsi que la fameuse nuit où le Dieu de la Mort permettrait aux morts de vivre le temps de quelques heures aux côtés des vivants; une nuit où le voile entre les mondes se faisait plus fin. On croyait ainsi que les âmes des regrettés défunts revenaient errer autour des maisons des vivants; c’est pourquoi on laissait la porte entrouverte, que l’on plaçait des lanternes pour les guider et une place à table avec des offrandes de nourriture.

fire-2930085__340

Cette nuit d’ importance sacrée symbolise également la transition vers la nouvelle année (c’est le nouvel an Celte!). On situe ce jour au premier novembre de notre calendrier mais à l’époque ce jour n’était pas fixe et il était célébré entre le 25 octobre et le 20 novembre ce qui correspondait au 6ème jour de la lune montante . Contrairement à aujourd’hui la fête durait trois nuits : la première était consacrée à la mémoire des héros, la deuxième à celle de tous les défunts, et la troisième était réservée aux réjouissances populaire et familiales.

La Samain se déroulait selon un cérémoniel nocturne très précis :

-On offrait des animaux en sacrifice ( taureaux en Gaulle et Chevaux en Irlande) pour ne pas manquer de nourriture pendant l’hiver qui commence.

-Chaque foyer devait éteindre le feu dans son foyer afin de mieux communier avec les esprits.

-Puis les druides allumaient de grands feux sur les collines. Par l’élément purificateur, les druides s’assuraient ainsi de mettre en fuite les mauvais esprits qui auraient pu se joindre à la cérémonie. De ce feu, chaque chef de famille recevait une braise dont il se servait pour rallumer celui de son foyer, comme une protection.

-Tous les membres du clan sans exception prenaient part à un fabuleux banquet.

Mais la christianisation des peuples celtes signa l’arrêt temporaire de cette fête déclarée païenne en l’an 610 par le Pape Boniface IV. En l’an 835, Grégoire IV créa la Toussaint et Odilon de Cluny fixera en 1048 la date du 1er novembre pour cette fête. La veille de la nuit sainte “all hallow even” ou “all hallow’s eve” selon les versions deviendra plus tard Halloween. La migration de la fête aux états unis se fera en même temps que l’exode des irlandais fuyant la grande Famine de 1840. Ceci-dit les rites changent, et de nos jours, Halloween est devenue une fête commerciale, où les enfants déguisés frappent aux portes en criant la fameuse formule : Trick or Treat ? (une friandise ou un sort).
halloween-3751095_1280

Quelque soit son origine et son évolution, la fête des morts aura depuis la nuit des temps fertilisé nos imaginaires et ouvert nos cœurs à d’indicibles mystères; car ce qui est sacré ne meurt jamais 😉

Bon Samain à tous !!! A bientôt!!!

Notre premier Héros

 

spartan-3696073_1280

Qu’il soit de même sexe que nous ou pas, qu’il nous ressemble physiquement ou en incarne le parfait opposé; comment nier qu’en tant qu’écrivains nous entretenons une relation particulière avec notre premier héros (ou notre première héroïne)? En effet, tel un futur enfant à naître, nous l’imaginons, nous l’idéalisons et quand le récit aboutit à son terme nous nous rendons compte de quelques surprises (bonnes ou mauvaises d’ailleurs) que nous n’avions pas prévues et qui en fait toute la magie de l’œuvre à mon sens.

board-939244_1280

De plus, et je précise que c’est un constat général qui peut comporter des exceptions quand nous commençons à écrire, il semble plus aisé d’attribuer à notre personnage principal de nombreux traits de ressemblance (physiques ou psychiques voire les 2) avec nous pour mieux nous permettre de maîtriser la cohérence de ses réactions et de son évolution. De même que l’écriture d’un roman est un tout reflétant beaucoup de notre personnalité; elle mêle ainsi nos expériences de vie, nos valeurs, nos différentes sources d’inspiration, nos relations avec nos ennemis et nos amis etc… Avec tous ces ingrédients, nous aboutissons à la recette d’une histoire plus ou moins réussie mais toujours authentique! Un premier héros est toujours particulier et cher à notre cœur car il scelle la véritable rencontre avec notre désir d’écrire; il est aussi notre première création achevée qui a demandé tant de temps et d’efforts! Pas étonnant alors à ce que bien souvent il est très difficile de s’en détacher et que notre histoire ne devant comporter qu’un seul volet se transforme en saga.

Pour achever cette petite réflexion et y apporter quelques éléments qu’il est pour moi plus aisé d’évoquer en mots, je vous propose un petit poème qui sans surprise, s’intitule :

Ma première Héroïne,  

Je t’ai créée à mon image,

Sur mes idéaux, j’ai mis un visage,

Ni bon, ni mauvais,

Consciente que tout être est imparfait,

A travers toi, j’ai projeté mes rêves,

et ce bien avant que l’histoire ne s’achève,

Tu fus comme une seconde peau,

L’exorcisation de quelques anciens mais indélébiles maux,

et surtout tu fus l’incarnation de chaque mot,

A tes côtes, j’étais actrice et spectatrice,

Sans savoir que de mes pensées, tu étais la matrice,

Etrange non?

Comme toute créature échappe à sa création!

Tu es bien meilleure que moi,

tout à la fois moi sans que jamais vraiment tu ne le sois,

née d’un amour ou peut-être de ma simple folie,

qui heureusement se justifie en raison de l’œuvre qu’elle produit,

A toi ma première héroïne qui m’a révélée telle que je suis,

tel l’acteur réalisant qu’il prend toute possession de lui à travers les textes qu’il débite comme un cri,

A toi ma première Héroïne je dis merci,

car ce n’est que le début de mes écrits,

de nos batailles et de nos péripéties,

dont le fruit ne sombrera pas dans l’oubli.

B.G

library-425730_1280

 

 

 

 

Il était une fois Feerika : mon expérience d’auteure.

20181013_1313473502735880723285357.jpg

Pour sa première édition dans la ville de Solliès-Pont, j’ai eu la chance d’exposer à Feerika, un festival fantastique réunissant trois univers : le médiéval fantastique, le Steam punk et la pop culture. Cet événement est organisé par l’association Américaine Lady qui a pour but de créer des journées ou week-end à thème : Américain , Médiéval Fantastique , Steam punk , Pop Culture avec des concours , animations ,spectacles , stands commerciaux. Ainsi, sur les deux jours des animations diverses se sont succédées : Concert de troupe médiéval, cracheurs de feu, jonglerie, mariage médiéval, musique celtique, défilé et concours de Cosplay, troupe de danse moderne en costumes Steam Punk ou Pirates, atelier de maquillage pour enfants, contes pour petits et grands, initiation au tir à l’arc et au combat à l’épée et j’en oublie sûrement encore… Il y en avait pour tous les âges et personnellement j’en ai pris plein les yeux! Que ce soit les participants ou les visiteurs, nombreux sont ceux qui avaient fait l’effort de se costumer et de se prêter au jeu des photos avec le public; mon coup de cœur du festival a bien-sûr été une cosplayeuse Elfe de sang, non seulement magnifique mais aussi très talentueuse car elle a réalisé son costume de A à Z et je lui tire mon chapeau (photo ci-dessous).
20181013_1055014904377480293843867.jpg

En tant qu’auteure j’ai été très bien reçue, nous étions placés à l’entrée sous un chapiteau et je n’avais jamais eue autant de place pour exposer. Je me suis donc fait plaisir avec la décoration de mon stand qui est très importante pour moi, car non seulement ça donne envie aux personnes de venir nous rencontrer mais aussi ça reflète notre personnalité et notre univers singulier.  Pour ceux qui me connaisse un peu, le stand était très girly : nappe pastel et fourrure, une peluche de dragon mauve, la licorne de ma fille, des figurines ( : une de WOW et 2 Papo : un Orc et un chevalier), une lanterne pailletée, un support bois en forme de château recouvert de papier brillant (acheté à Cultura) pour présenter mes marque-pages, des chevalets bois afin de mettre les livres face au public, un poster de ma couverture et enfin quelques fleurs synthétiques.  Mon application a payée puisque de nombreuses personnes se sont arrêtées pour échanger et acheter. La journée de samedi a été la plus chargée; comme partout le dimanche, les gens viennent davantage se promener en famille ainsi que pour les animations que pour acheter.

20181013_0857396633831305583986903.jpg

Pour conclure, je dirai que Feerika a été ma plus belle expérience en tant qu’exposante pour l’instant car l’ambiance se voulait plus détendue que dans un salon littéraire sans oublier que dans ce genre de festival on rencontre un public plus ciblé, déjà conquit par le fantastique. Cela a été également l’occasion pour moi de prendre des contacts professionnels que ça soit dans une optique d’entraide ou de travail; j’ai notamment un projet avec une association qui devrait m’inviter à un festival l’an prochain (je croise les doigts). Feerika devrait aussi organiser un autre festival à Sollies-Pont l’an prochain mais à une période différente plus estivale dans le but de prolonger la fête par une nocturne. Je reviendrai volontiers exposer pour les prochaines éditions et je remercie chaleureusement l’organisation (tout était parfait), les passionnés présents et tous ceux qui sont venus rendre visite à mon elfe maudite. Merci à vous également pour votre attention.

img_20181014_221709_770325773671884484257.jpg

Rencontres nocturnes : je vous dis tout!

Poster 5

Depuis le 13 septembre dernier, je me suis auto-éditée sur un nouveau projet : Rencontres nocturnes, un recueil de poèmes et de nouvelles romantiques et fantastiques. Mon choix s’est porté sur l’autoédition maintenant que je me suis constituée une petite communauté de lecteurs fidèles et passionnés car j’avais hâte de pouvoir mener un projet littéraire de A à Z, de pouvoir décider d’un prix attractif et de voir les résultats de ma communication. Une nouvelle aventure donc qui me permet de me diversifier et de progresser.

Le recueil, comprend trente poèmes et trois nouvelles, axé autour de trois axes principaux : l’amour sous toutes ses formes, la spiritualité et les créatures fantastiques. J’ai volontairement choisi de vous livrer trente-trois œuvres, chiffre qui, en plus d’être mon âge actuel est hautement symbolique. Le 33 parle d’amour et d’engagement auprès des autres, d’éveil spirituel et conduit à la direction d’un modèle de pensée. Pour la petite histoire, Krishna et Jésus moururent à trente-trois ans pour racheter le karma de l’humanité. Ainsi, il n’existait pas de meilleure allégorie pour caractériser le message que je souhaite véhiculer. J’avoue l’avoir écrit sans être « une poétesse » au sens strict du terme mais purement par élan artistique car pour moi la poésie permet de faire passer un message fort à couvert d’allégorie proche du sublime.

Je voulais également apporter de la modernité à la poésie en insérant dans chaque poème et nouvelle une magnifique illustration en adéquation avec le thème proposé. De plus, chaque poème est davantage conçu comme une petite histoire contée en rimes avec une morale qui permet une merveilleuse odyssée au cœur de la nuit. Enfin, l’idée était de proposer un beau petit ouvrage à offrir pour le partager avec un proche car l’amour est indéniablement le lien invisible qui nous unit et nous transcende.

Pour illustrer mes propos, je propose de vous faire découvrir l’intégralité d’un de mes poèmes de saison puisqu’il se déroule en Automne :

Le voile des mondes

hand-984170__340

Le jour se meurt parmi les parfums d’automne.
Le voile des mondes nous révélera tels que nous sommes.
Me voilà plongée dans l’aube des trois nuits de Samain,
La joie est grande et la fête bat son plein.
Les grands feux embrassent le flanc des collines en sommeil,
Les tables débordent de viandes, de pain et d’hydromel.
J’ai dansé en l’honneur des guerriers,
Ils sont de retour, les premières neiges seront bientôt tombées.
Puis, j’ai fait le vœu de te revoir mon frère.
Lui, il me manque ce preux, mort par le fer.
Devant notre porte, je lui ai laissé des victuailles.
Que la nuit soit nôtre, j’ai tricoté pour lui un chandail.
Que Samain le porte, je laisse allumées les chandelles.
Le sommeil m’emporte mais bientôt un bruit sourd m’éveille,
Quelqu’un vient de frapper à la porte…
Ce murmure d’espoir m’exhorte.
Tu es bien là, mon frère, sur le pas de ma porte.
Samain a commencé,
Le voile des mondes est levé.
Tu as pris ma main et sur la barque de verre nous avons embarqué.
Au-delà de la mer,
J’ai découvert la tour de verre.
Nous y avons accosté.
Au-delà de ces terres s’étendent les arbres argentés.
À leurs pieds coulent des fleuves de vin et d’hydromel,
Rien dans notre monde a son pareil.
Les porcs qui paissent ici-bas ne meurent pas.
À peine mangés, ils renaissent pour toi.
Les guerriers sont toujours beaux, toujours jeunes et couronnés de fleurs.
La bière coule toujours à flot, toujours jeune, à la saveur des milles fleurs.
Les batailles y sont aussi plus acharnées,
Les torrents de sang fertilisent les terres boisées.
Mon frère, il y a ici tout ce que tu aimais sur Terre,
La guerre et la bonne chair.
Je suis heureuse de voir que tu n’es pas solitaire.
Ainsi, pour toi je ne pleurerai plus.
Tu m’as ramenée dans la barque de verre.
Je t’aime, toi que je ne reverrai plus.
Mes yeux s’ouvrent en captant la lumière.
La nuit n’a pas fait mentir sa promesse.
Le voile des mondes a été levé avec délicatesse.
J’ai compris qui j’étais.
J’ai retrouvé la paix…

celtic-40462__340

Voilà, j’espère que cette présentation vous aura plu et qu’elle vous aura donné envie d’en savoir plus. Rencontres nocturnes est disponible sur Amazon à 1 euros 50 en format Kindle ou 10 euros 50 en format Broché. Bon voyage au cœur de la nuit, qu’il vous apporte la paix de l’esprit, que l’amour soit notre bouclier contre le désespoir et le soleil de nos nuits les plus noires. Merci de votre attention.